Programme Journée Infirmières

La journée des infirmières se tiendra le mercredi 24 janvier, de 10h00 à 16h00
En partenariat avec la revue Santé Mentale

Revue Santé Mentale

Téléchargez le programme

Programme Infirmières

 

« La médiation, un outil thérapeutique dans le soin en santé mentale. »

Comité Scientifique :

Christine Colson, Paris,
Typhaine Guernion, Paris,
Jean-Yves Masquelier, Paris
Harold Simon, Montpellier

Les soins infirmiers en santé mentale reposent principalement sur la mise en œuvre d’une relation thérapeutique qualitative nécessitant souvent le recours à des outils de médiation. Les infirmiers disposent d’une palette de moyens qui peut être enrichie par des vecteurs plus atypiques pour s’adapter au plus près de la clinique de nos malades et susciter ainsi une motivation à interagir.
Les journées infirmières de l’Encéphale élaborées sur des thématiques innovantes vous proposent des expérimentations qui ont l’avantage de pouvoir être transposées dans d’autres équipes de soins.

 

« L’humour : une incongruente invitation pour parler du sujet !? »

Laurent Vivenza, Cadre de santé, IFSI de Saint Egrève et formateur au GRIEPS avec pour thématique l’humour et la créativité dans la relation de soins

Dans la relation de soins et plus particulièrement en santé mentale, il est souvent fait référence à la nécessaire congruence et empathie que le soignant doit avoir pour accueillir cet Autre. L’humour, humeur joueuse, joyeuse, considérée bien souvent comme frivole, aime quant à lui se jouer de ce qui est convenu, attendu et congruent. Pourtant si nous voulons nous y intéresser, l’humour peut aussi se révéler être un puissant média favorisant la rencontre, l’expression de l’intime du sujet et bien plus encore ...

 

« Schizophrénie : Vivre son corps »

Gwenaëlle Daniel-Le Borgne, Psychomotricienne

Christelle Maillarbaux, Infirmère, Centre de jour Eugen Bleukeer, Centre Hospitalier de Versailles

« Vivre son Corps » est un atelier proposé en centre de Jour psychiatrique adulte, à l’attention de patients souffrant de schizophrénie. Dans cette pathologie, les préoccupations corporelles sont nombreuses et peuvent porter atteinte à l’intégrité corporelle des personnes. C’est donc par le biais de la médiation corporelle, et en particulier par un travail de conscience corporelle, que la psychomotricienne, en binôme avec l’infirmière, cherche à améliorer l’unité et l’unicité psychocorporelle de ces patients, voire leur sentiment de Soi. » 

 

« Jeu Mathurin : la réalité virtuelle au service de la psychiatrie »

Bérangère Rigaut, Infirmière

Colombe Désombre, Ergothérapeute, Centre de jour polaire, pôle 15 Addictologie SHU, Centre Hospitalier Sainte-Anne, Paris

Le Jeu Mathurin est un programme groupal de remédiation cognitive, pluridisciplinaire, et prenant appui sur la réalité virtuelle. Développé en collaboration avec le laboratoire « mémoire et cognition » (Université Paris Descartes), il est dispensé au C3RP-SHU et au CATTP du pôle 15 et proposé à des sujets avec psychose ayant des difficultés d’autonomie. A partir d’objectifs thérapeutiques personnalisés, les séances ont pour principe de faire évoluer les participants dans une ville virtuelle en vue d’améliorer le fonctionnement cognitif et la gestion du quotidien.

 

« Phoenix : une application smartphone d’aide à la prise en charge des patients addicts »

Julie Dupouy, Infirmière Service d’addictologie du Dr LAQUEILLE et Morgan CARON, Webdeveloppeur, Centre Hospitalier Sainte-Anne, Paris

PHOENIX est une application smartphone permettant d’accompagner en temps réel les patients qui souhaitent diminuer ou arrêter leurs consommations. Elle utilise notamment les principes de thérapie cognitive et comportementale, qui ont montré leur efficacité dans ces indications. Utilisée entre deux consultations, sa cible principale est la prise en charge du craving, sans être spécifique d’un produit ou d’un comportement addictif.
Le craving, désignant l’ « envie irrépressible de consommer », est un moment de grande vulnérabilité pour les patients addicts, avec un risque majeur de perte de contrôle et de rechute. L’essor des nouvelles technologies, notamment la généralisation de l’utilisation des smartphones amène à imaginer de nouveaux modes de prises en charge utilisant ces outils. Les applications smartphone ont montré un intérêt dans la prise en charge des conduites addictives, lorsqu’elles sont utilisées de façon complémentaire aux prises en charge classiques.
Notre équipe du Service d’addictologie Moreau de Tours (Centre hospitalier Sainte-Anne), en collaboration avec des designers et développeurs d’HETIC (Hautes Etudes des Technologies de l’Information et de la Communication) a pensé et conçu PHOENIX.

 

« Le projet Mistral gagnant, une initiative de médiation animale auprès de personnes souffrant de troubles psychotiques. »

Christophe Médart, Infirmier spécialisé en santé mentale et psychiatrie, infirmier en chef, Centre Neuropsychiatrique Saint Martin, Belgique

En juillet 2010, deux chiots ont intégré une unité de soins accueillant essentiellement des personnes souffrant de troubles psychotiques.
Cette initiative, puisant son inspiration et ses structures au niveau de la psychothérapie institutionnelle, a donné lieu à un ensemble de rencontres, de soins informels et d’activités thérapeutiques ciblées sur les difficultés singulières des bénéficiaires.
Encadré par un comité scientifique d’accompagnement et soutenu par des partenariats multiples, ce projet s’est inscrit durablement dans la pratique institutionnelle.

 

« Le Jardin des Tisanes, une médiation d’hortithérapie »

Didier SIGLER, Coordonnateur Général des Activités de Soins,
Marion GILET, Ergothérapeute,
Hélène LANDRIN, Educatrice spécialisée
Centre Hospitalier Théophile Roussel, Montesson

Naissance du Jardin des Tisanes en juin 2017, médiation thérapeutique au bénéfice des patients adultes hospitalisés au Centre Hospitalier Théophile Roussel (78). Ce jardin tisanes de 200 m2 est situé dans un espace extérieur de l’unité, face aux unités Monet et Renoir et l’atelier d’ergothérapie. Les patients entretiennent ces plantes composées d’essences presque exclusivement médicinales. Le processus de soin intègre donc le patient dans un cadre naturel, thérapeutique et pédagogique. Il y cueillera des fleurs, des feuilles ou des tiges en différentes saisons afin de les faire sécher et sera guidé au sein d’ateliers par les professionnels de santé dans la préparation de ces tisanes. Ce Jardin des Tisanes, dont l’objectif est de contribuer à l’amélioration de la qualité de prise en charge des patients, est une facette nouvelle d’un projet plus global sur la médiation hortithérapie, développée depuis plusieurs années au sein de l’établissement.